Quand je serai grande, je voudrais être ballerine

Je ne sais pas si vous en êtes au même niveau que moi pour la consommation de ballerines, mais personnellement, je change de paire chaque année, principalement parce que je les détruis et que je les use tellement qu’elles sont bonnes pour la décharge. S’il y avait des primes à l’achat de nouvelles ballerines, je serai la première sur les rangs pour les réclamer. Quoi qu’il en soit, je ne sais pas si vous connaissez l’histoire de ces chaussures, il y a des théories et des sources différentes qui ne manquent pas d’intérêt.

Leur nom traduit leur provenance : au tout début du dix-neuvième siècle, la danseuse ballerine Marie Taglioni porte les souliers pointus, qui étaient tout sauf pratiques, mais son courage a lancé la tendance dans ce monde fantastique dont rêvent toutes les petites filles. Si l’on revient en arrière, au temps de la révolution française, la plupart des gens portaient des talons, mais après la chute du régime et donc du style vestimentaire, ces derniers furent prononcés vulgaires et disparurent, même des armoires aristocratiques, où l’on ne trouvait plus que des semelles à ras de terre.

Les matériaux peuvent être des plus disparates, de la soie au satin, du cuir à la toile et au caoutchouc, en coton ou vernies, mais si vous n’avez ni le budget ni la célébrité d’Audrey Hepburn et que vous ne pouvez pas vous permettre d’avoir une paire de Gattinoni, ou encore que vous ne pouvez pas faire comme Jacqueline Kennedy qui en avait une paire par mois (photo suivante), vous conviendrez comme moi que la mode peut et sait trouver des manières fantaisistes de contourner ces difficultés.

Surtout, cette année, elles ne sont pas exclues des diktats de la mode, et ne l’ont pas été depuis un certain temps. Donc, si vous en avez déjà et qu’elles sont en bon état, tout va bien pour vous, mais si vous voulez investir je vous conseille des formes singulières, mais pas trop, des couleurs pastel ou un noir tout simple selon la gamme chromatique de votre garde-robe (des vêtements qu’elle contient, ceux d’avant ne comptent pas), oui aux flocons, aux décorations qui ne passent pas inaperçues ; j’ai envie de dire non aux roses trop vus, mais oui aux motifs fantaisie. Si vous n’osez pas avec les accessoires, avec quoi allez-vous pouvoir le faire ? J’ai choisi de vous conseiller ce type de chaussures en particulier parce que j’ai un besoin irrépressible du modèle que vous voyez sur la photo, conçu par la marque Patrizia Pepe, actuellement en solde sur le site à 33 euros. Tout ce que je vous conseillerai dans les pages de ce blog sera le reflet d’un choix personnel, à un prix accessible à tous. Si les marques sont disposées à négocier, pourquoi ne pas profiter de leur gentillesse et re-remplir sa garde-robe ? (Comme si c’était un sacrifice dément…) Rendez-vous au prochain conseil !

Ambra

Share This Post

Leave a reply