Les hommes qui étonnent les femmes – un après-midi chez Patrizia Pepe (Udine)

Le blog est une bonne manière de vous raconter et de nous raconter les histoires du monde Patrizia Pepe, notre profil Facebook/Twitter/YouTube sont une excellente manière de nous mettre à jour et de nous voir, mais que se passe-t-il chaque jour dans les boutiques où nous entrons pour regarder, essayer et acheter ?

Samedi dernier, munis d’un appareil photo et d’un carnet de notes à noircir, je suis parti à la découverte du point de vente d’Udine, à l’écoute de votre voix, sans questions toutes faites, seulement avec l’envie de voir ce qui marchait, tout simplement.

Ainsi est né ce journal sous forme de points (de départ) que je place ici, sous la photo, en remerciant les personnes qui sont passées en caisse, mais aussi celles qui sont allées dans les cabines d’essayage et celles qui se sont arrêtées entre deux rayons pour bavarder ;)


La première à entrer est une fille, en chasse pour un mariage, puis arrivent des amies en mission shopping, ensuite une mère et sa fille qui s’échangent des conseils, et après… Un homme ? Et un autre encore !? Seuls !? La boutique d’Udino héberge la collection femme et je ne m’attendais vraiment pas à une présence masculine, sauf dans la version « accompagnateur », c’est-à-dire une figure étrange, ressentant une indicible souffrance, qui marche derrière les talons de madame, le regard perdu dans l’infini.

Mais ces hommes-là n’étaient pas les hommes auxquels on s’attendrait, au contraire j’ai noté ici trois espèces décidément peu répandues :

  • le pretty woman : il est d’abord venu à la boutique avec son amie il y a deux semaines grâce à une savante stratégie, il revient avec un œil aiguisé à la recherche d’une pièce qui ne serait pas la même – ce serait banal – pour faire un cadeau-surprise à sa chère et tendre (oui, je répète, un cadeau-surprise… Inutile de prendre un an de plus ou d’attendre les fêtes programmées…) ;
  • l’homme participatif : il ne se fait pas l’écho de ses opinions pendant qu’elle fait ses essayages en se préparant à tout approuver, mais il prend l’initiative, il se lance entre les cintres et les rayons et il apporte des suggestions et des pièces à la pelle, devançant la demande ;
  • le solutionneur : il entre, et en deux secondes sinon moins, il choisit, avec goût, un t-shirt comme cadeau d’anniversaire pour sa voisine… Pas sa petite amie, sa voisine… C’est peut-être un homme normal à la recherche de quelque chose mais de quoi, et puis vous avez déjà fait un cadeau à votre voisin, vous ?

« Excusez-moi, vous pouvez me les apporter ? » Une fille éperdument amoureuse d’une paire de bottes me prend pour un vendeur, et je ne sais pas ce qui me prend de lui répondre oui, ensuite je lui dis non (à quoi je pensais en fait ?), puis je suis sa frustration quand elle découvre qu’il n’y a plus sa taille et qu’elle devra attendre la semaine prochaine pour savoir si on pouvait les commander.

D’ailleurs la mode va vite, elle court littéralement, et ici il y a de nouveaux arrivages tous les mardis qui sont souvent déjà épuisés le samedi. Celles qui les font disparaître – maintenant, vous savez à qui la faute – ce sont les enthousiastes, celles qui entrent avec un grand sourire et courent droit à l’objectif, et les touristes étrangers : les Autrichiens, les Slovènes et les Croates qui visitent la ville voisine d’Udine et… Patrizia Pepe ;)

Il y a ceux qui entrent parce qu’ils ont repéré la nouvelle boutique (Patrizia a ouvert à Udine il y a un mois et demi) ceux qui connaissent déjà Patrizia depuis toujours… Mais personne (chose curieuse) ne dit avoir vu de publicité particulière ou suivre la page Facebook (mais maintenant, hum… Disons que votre honoré les a courtoisement invités… D’ailleurs la plupart étaient déjà inscrits sur le site).

Pour finir, le sondage à moitié sérieux : plébiscitée à l’unanimité, le sac Patrizia Pepe conçu pour être noué avec un ruban de toile, qui emballe tous les produits achetés.


Un merci sincère à Federica et Paola, les vendeuses toujours en train de courir, qui m’ont accueilli comme si je faisais partie de la maison, et à Antonella, responsable de la boutique, qui a hébergé avec gentillesse et disponibilité un blogueur qui avait dégainé son stylo et son appareil photo.

— Vécu, écrit et photographié dans la boutique par Davide Nonino

Share This Post

8 Comments

  1. Riccardo - 13/05/2010

    Non hai mai visto un Uomo che veste solo Patrizia Pepe?
    Eccomi, e quando entro in negozio con la mia lei prima corro a suggerire x lei e poi…….tocca a me :D

  2. SILVY - 13/05/2010

    Il mio ragazzo è il tipico Pretty Woman :-) )))))))) a lui piace far regali, non importa se è per una ricorrenza o meno, lui lo fa con il cuore! Ha buon gusto, forse di più che una donna :-) ) io non sono pretenziosa, non sono viziata sotto questo aspetto perchè voglio portare avanti la tesi che l’amore non si dimostra con i soldi….gli dico sempre di stra-viziarmi con i suoi baci e le sue coccole…… Marco Ti Amo.
    Silvy

  3. DavideNonino - 13/05/2010

    @riccardo: no hihi… sei il mio primo « esemplare » ;) Ecco ora vedo di convincere Patrizia a portare la collezione UOMO pure a Udine!

  4. DavideNonino - 13/05/2010

    @silvy: e bravo Marco ;) E brava anche Silvy!!! Questo è l’Amore con la A maiuscola e il PEPE di mezzo!!!

  5. Riccardo - 13/05/2010

    @DavideNonino, lo so di « uomini » che vestono SOLO Patrizia Pepe ce ne sono pochi, o forse nn ce ne sono proprio, a parte me ovvio ;) Aspetto Solo la collezione Intimo Uomo per completare l’opera ^_^

  6. Paolo - 13/05/2010

    Secondo « esemplare ». Solo Patrizia Pepe. 95% in attesa, anche io, dell’ intimo uomo!

    Articolo molto piacevole!

  7. Rossella - 14/05/2010

    Io sono per il tipo #prettywoman, ma li vendete? :)
    Ora che veniamo a Udine alcuni giorni, gli faccio fare un corso da Patriza Pepe.

Leave a reply